Je vais vous faire un aveu, je n’achète pas mes livres de poker. Comme avant pour les livres de backgammon, je laisse le soin à Stochastic, le maitre des dames de pique en ligne,  de le faire. Il a l’habitude de les commander en plusieurs exemplaires et je lui rachète. Pour les mauvaises langues qui s’interrogent, il ne fait pas un euro de bénéfice dans l’opération.

Quand il m’a revendu « The mathematic of poker », son constat fut sans appel, “livre sans intérêt”. Il me l’a probablement dit dans des termes plus grossiers. Comme Sto à fait de longues études en mathématiques je lui ai fait confiance et j’ai retardé sa lecture.

Quand j’ai déménagé de la Thaïlande pour le Japon, j’ai confié les livres de poker que j’avais entassé dans mon appartement à Peter. Mon ami pro Danois qui vit dans la même ville. J’ai dressé son portrait dans mon blog. Comme vous pouvez le constater, je respecte son avis. Quand je l’ai revu l’an passé il m’a rendu ce livre en me disant : « lis-le c’est le meilleur livre de poker que je n’ai jamais lu ».

Pour trancher face à deux avis aussi contradictoires de joueurs que je respecte, j’ai lu l’ouvrage.

Ce livre ne peut bénéficier qu’à des lecteurs ayant à la fois une forte base dans le poker et dans les maths. Comme il date de 2006, Je ne vais pas trop développer la critique.
La lecture est difficile, comme on lirait un livre de maths mais le contenu vaut l’effort. Je conseille sa lecture à ceux qui veulent comprendre et justifier par des bases mathématiques les concepts à la mode de range polarisé ou de merger son range par exemple.

J’en ai fait mon livre de poker de chevet. Malgré son poids il reste dans mes valises.